Galerie Maubert

Isabelle Ferreira

Née en 1972. Vit et travaille à Paris.

La production artistique d’Isabelle Ferreira s’articule sur l’histoire et la pratique de disciplines traditionnellement séparées que sont la peinture et la sculpture, toutes deux mises en relation avec l’architecture. Elle met en œuvre un engagement interdisciplinaire au moyen d’une pratique où les arts de la combinaison, de la couleur et de la mesure interagissent. Une complémentarité qu’elle met à profit au sein d’unités picturales aux principes minimaux et modulables. […]

Leon Battista Alberti considérait le tableau comme une fenêtre ouverte sur le monde. À partir de ce constat, Isabelle Ferreira a choisi d’enjamber le cadre afin d’examiner les porosités qui existent entre la planéité et la spatialité. Pour cela, elle puise dans les répertoires fondamentaux de chacune des disciplines afin de les questionner et de les bousculer. Elle examine plus particulièrement le volume, la surface et l’interdépendance de la matière avec le dessin de l’espace. Leurs essences respectives s’imbriquent, s’interrogent et s’ouvrent finalement à une réflexion plus large liée à la représentation et à la perception du monde. À travers ses paysages abstraits, elle architecture une mise en résonance entre le volume et la surface. Héritière de mouvements historiques comme le Bauhaus et le minimalisme, deux courants qui ont compris le matériau et la couleur de manière à la fois empirique et sensible, elle poursuit en filigrane une ligne directrice, celle d’étirer la peinture vers la sculpture et de sortir du cadre pour dialoguer librement avec l’espace. Chaque pièce nourrit une réflexion globale sur l’histoire de la peinture, son actualité et son devenir. Si elle explore la profondeur, le point de vue, le mouvement, le rythme et la densité, Isabelle Ferreira n’est pas peintre au sens classique du terme, elle s’octroie plutôt un statut transversal en inscrivant au cœur de sa pratique des problématiques picturales fondamentales : composition, surface, couleur, lumière et perspective. […]  Julie Crenn, Unités picturales, 2013

Son travail a été exposé à la Fondation Gulbenkian à Paris, au Château d’Oiron, à l’IAC de Villeurbanne, à l’Espace d’art concret de Mouans-Sartoux ainsi qu’à la 23e édition de l’Art dans les chapelles en Bretagne. En 2008, elle a déployé à Passerelle, à Brest, une œuvre monumentale in situ – SpacioCorès – pour le patio du centre d’art, puis a réinterprétée cette pièce quelques mois plus tard au Kunstverein Tiergarten à Berlin. Elle a obtenu plusieurs bourses et prix institutionnels et a été résidente à la Cité des Arts à Paris, à Location One à New York, à la Terra Foundation à Giverny, chez Astérides à Marseille ou au Domaine de Kerguéhennec. Ses œuvres sont dans les collections du Musée des Beaux-Arts de Nantes, du FRAC Normandie-Caen, de la Fondation Anni et Josef Albers… En 2018, elle effectue une résidence à la Fondation Anni et Josef Albers, en Irlande.