Galerie Maubert

Agnès Geoffray

Née en 1973. Vit et travaille à Paris.

A la croisée de la photographie, de la sculpture et des installations, Agnès Geoffray sonde, élabore et réactive les textes et les images. Par le biais de mises en scène, de réappropriations ou d’associations, elle révèle un univers de tensions – latentes et mystérieuses. S’élaborant souvent au départ de sources d’archives, ses propositions résultent d’un processus de reconstruction fictionnalisée et interrogent l’idée de réminiscence. Ces récits, ces images que l’on assimile malgré nous, s’ancrent dans nos mémoires, de façon consciente ou inconsciente, et véhiculent l’idée d’une intimité collective, d’un référent commun. Réactiver ce sentiment est une des modalités privilégiées de sa pratique. Glanés au hasard d’un livre, d’internet ou d’archives diverses, elle rejoue et réinvente les textes et les images qui nous environnent quotidiennement, invitant le spectateur à reconsidérer sa mémoire.

Agnès Geoffray est diplômée des écoles des beaux-arts de Lyon et Paris. Elle a été en résidence à la Rijksakademie à Amsterdam (2002-2003) et pensionnaire à la Villa Médicis à Rome (Académie de France, 2010-2011). Elle a exposé dernièrement à la Kunsthalle de Vienne, au Magasin à Grenoble, au Centre de la photographie à Genève, au Centre photographique d’Ile-de-France, au Jeu de Paume, aux Rencontres d’Arles et Centre Pompidou Metz. Ses travaux font partie de nombreuses collections publiques et privées comme le MNAM Centre Pompidou, le FNAC, le MAC VAL, le FRAC Auvergne, le Musée de l’Elysée, la Fondation Antoine de Galbert… Trois ouvrages sur son travail ont été publiés aux éditions de La Lettre Volée, Ultieme Hallucinatie, Profond silence et Les Captives. En 2017, Le CPIF (Centre photographique d’Ile-de-France) présente une exposition monographique d’envergure consacrée à Agnès Geoffray, notamment à l’occasion du prix AICA France, décerné en 2016 à J. Emil Sennewald, pour la présentation du travail de l’artiste. Ce prix comme l’exposition ont donné lieu à une publication Before the eye lid’s laid, éditée aux éditions de La Lettre volée.