Il y a beaucoup de lumière ici

du 30 octobre au 29 novembre 2014

 

 

Payram, exposition personnelle

 

Dossier de presse

 

 

 

 

 

 

Il y a beaucoup de lumière ici

 

Photo/graphier. Dans le texte : Ecrire avec la lumière. Car c’est bien de la lumière dont il est question dans l’œuvre du photographe iranien Payram. Nous avons là un artiste engagé qui voue à cette fragile trace lumineuse sur le papier argentique toute sa vie d’artiste. Et bien plus. Courir après la lumière, c’est ce que fait Payram depuis son départ d’Iran, en 1983, chassé par l’évolution de la révolution islamique. Dès lors, il développe un travail photographique autour de la fragilité de sa condition d’exilé : Payram va se faire le témoin de la précarité des êtres et des situations, qu’il met en parallèle de la fragilité du médium argentique, notamment du polaroïd, instantané et unique. Dans son studio personnel, Payram patiente avec une seule idée : faire l’expérience de la lumière. Quotidiennement. Cette lumière, qui se présente à nous dans son cycle majestueux, la respiration de son rythme circadien, Payram veut l’apprivoiser ou du moins la toucher du bout de l’objectif. Chaque soir, depuis plus de 30 ans, les cobayes se succèdent : sa famille - sa femme reste son modèle privilégié - mais également ses amis artistes, ceux qui l’ont suivi dans sa fuite d’Iran, et ceux qui viennent, parfois tous les soirs, à la même heure, offrir un Daily portrait (1997) durant lequel Payram fige la lumière sur le visage selon un modelé qui trahit l’expression quotidienne du sujet. Un voyage au cœur des états d’âme. Le témoignage objectif d’un chemin de vie. Si près et pourtant si loin.

 

Décliner.

 

Ses expériences sont souvent issues d’une savante réflexion préalable et d’une méthodologie calculée. Dans la Naissance de Cinna (1995), Payram joue à la fois sur l’incidence de la lumière (le degré angulaire entre son objectif et son sujet) ainsi que le flou lié à la mise au point fixe (le rapprochement entre l’objectif et le sujet). Tous les mois, pendant les neufs mois de la grossesse de sa femme, Payram modifie progressivement ces deux coordonnées  pour décliner neuf portraits où la rondeur progressive du visage rencontre un halo lumineux. Le visage irradie dans un cycle quasi lunaire. La rigueur mathématique rencontre le génie mystique.

 

Rayonner

 

Payram expérimente, tel un alchimiste, la transformation de la matière, la trace lumineuse. Il étudie l’interaction entre la peau et la lumière, les visages et les astres, le plein et le vide, le palpable et l'intangible. Les polaroïds de la série Fragile (1988-2008), entre intérieur et extérieur, nous exposent au danger de la verticalité et de la séparation : un trou béant nous retient, un réservoir se vide, s’évapore, une femme s’enferme dans un ruban de lumière... Ils témoignent d’expériences quasi-mystiques que l’artiste réalise dans son studio : celle d’un ange qui déploie ses ailes de lumière, d’une femme qui reçoit des stigmates lumineux au creux de sa main…

Des traces de lumière rappelant la trace fragile des Hommes, où qu’ils soient, quoi qu’ils fassent.

 

S’épancher

 

La femme reste un élément récurrent dans l’œuvre de Payram. Dans l’installation Jugement (2014), ce sont les portraits monumentaux de six femmes iraniennes qui jugent l’artiste, symbolisé par l’accumulation de clichés dans une cage. Avec les Portraits de femmes en blanc (1994-1995), Payram archive les visages de femmes enceintes iraniennes. Cadrage serré. Les peaux rayonnent dans un épanchement diffus, concentrique. Cependant, une lueur, de forme hexagonale par la prouesse du photographe, nette, nichée au fond des pupilles, fige l’image, annihile le mouvement.  Une ambiguïté entre forme et mouvement qui évoque celle présente dans les théories de Rudolf Laban : comment le défenseur d’une danse dite « libre » contraint le geste du danseur dans la kinésphère, dont la forme se rapproche curieusement des lueurs dans les yeux des femmes de Payram.

 

Car c’est bien cette ambiguïté qui nourrit le photographe iranien et le pousse à créer, loin de son pays et de ses repères. Apprivoiser la lumière, ses mystères, c’est bien un exploit dont pourrait se targuer Payram. C’est ce qu il appelle le « paradoxe de la lumière », auquel se réfère directement le rayogramme Il y a beaucoup de lumière ici (2014) ainsi que les Portraits blancs et les Portraits noirs (1994-1995) : utiliser une chambre « noire » pour capturer la lumière, créer du noir et du vide avec un trop plein de lumière, jouer du négatif et du positif pour écrire et tracer avec le noir/l’absence... C’est ce paradoxe qui guide l’artiste et enrichit son travail. Noir ou blanc. Présent ou absent. Partir ou rester.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Galerie Maubert
Site créé avec 1&1 MyWebsite